Mariage, 10 ans après, le bilan

Mariage, 10 ans après, le bilan

Nous y sommes ! C’est en 2010 que je faisais mon premier mariage, en second shooter avec mon père qui assurait à cette époque les reportages.

Un petit peu d’histoire

Je vous parle d’un temps que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaitre, dans les années 80, début 90, mon père était directeur d’exploitation chez Fuji, et en 1995 ma mère créée son entreprise : Lorraine d’Argent (si vous voulez en savoir plus, direction la page à propos)

Quand j’avais 16 ans, mes premiers jobs d’été c’était dans l’entreprise familiale, un laboratoire photo spécialisé dans le développement des pellicules noir et blanc. Après le BAC, je me suis lancée toute confiante à la fac en licence informatique. Premier appart, premier job d’étudiant à faire des hamburgers. Après le premier semestre, et les résultats des partiels, j’ai vite déchanté, punaise que c’est dur !!
Qu’à cela ne tienne, je reprends un BTS informatique en alternance l’année d’après, mais encore faut-il trouver une entreprise pour m’accueillir. Plusieurs entretiens, zéro retour. Dernier recourt, aller travailler pour mes parents. Nous sommes en 2006, j’ai 21 ans, le marché de la photo est en crise avec l’arrivée du numérique, ils ont déjà réussi à rebondir et toujours dans le domaine de l’image ont ouvert une imprimerie. Je rentre alors dans l’entreprise en tant qu’informaticienne et j’apprends en autodidacte le métier de graphiste car c’est le besoin de l’entreprise à ce moment-là.
BTS et licence en poche, je décide de rester finalement auprès de mes parents, j’ai pris gout au travail que je fais, je me sens bien derrière mon ordinateur à bidouiller photoshop, illustrator, corel draw. J’ai toujours été timide (ceux qui me connaissent maintenant se disent WHHHATTTT ??? et oui, à l’époque la fameuse phrase “j’aime pas les gens” c’était mon mantra)

En parallèle, mon père commence les reportages mariages, et moi je retouche ses photos.
Nous voilà en 2010, il me met le pied à l’étrier pour prendre sa relève et m’emmène avec lui sur un mariage, puis deux, puis trois. Et me voilà lancée ! Depuis 10 ans, j’ai fait un peu plus de 120 mariages. ça m’a changé littéralement changé la vie, j’ai commencé à m’ouvrir aux autres, et me valoriser, à me mettre en avant (parce que oui il faut souvent jouer des coudes aux milieu des invités pour se placer), à discuter et à échanger. Moi qui était timide, les reportages mariages ont vraiment été ma thérapie, en même temps pas le choix, j’étais au pied du mur.

J’ai rencontré des couples merveilleux, qui m’ont invité dans leur intimité, accueilli dans leur famille, avec qui j’ai tissé des liens privilégiés.

Entre temps, j’ai commencé les photos de studio dans l’ancienne chambre noir du laboratoire, un espace minuscule et sombre, je m’y fais la main et de plus en plus l’envie d’en faire mon métier principal se ressent. En 2018, le rêve prend vie, le studio déménage pour un bel espace où je peux vous accueillir et créer vos histoires.

Et les mariages dans tout ça ? La saison 2019 a été une prise de conscience. Je ne veux plus faire de grosses saisons à 15 / 20 mariages.

Je vais à présent prendre moins de mariages, avec des couples qui me tiennent à cœur, pour pouvoir être à 200% avec eux tout en prenant le temps de m’occuper de ma famille.

La publication a un commentaire

  1. Charlène

    En effet on se dit : « quoi?! Claire Picard timide?! » et puis on comprend que cette « « thérapie » t’a été bénéfique 😀
    Ne jamais oublier l’essentiel pour ne pas se perdre et proposer des prestations de qualité aux clients: bravo et longue vie à ta petite entreprise 💪😘

Laisser un commentaire