Le 15 octobre est la journée de sensibilisation au deuil périnatal.

Selon l’OMS, la mort périnatale peut survenir en cours de grossesse, à la naissance, dans les heures qui suivent ou durant les 7 premiers jours de vie. En France, ce sont près de 8000 familles qui sont concernées chaque année.

Souvenange et ses photographes bénévoles

J’ai souhaité vous parler de l’association Souvenange. Cette association, reconnue d’utilité publique, a pour mission d’accompagner les parents touchés par le deuil périnatal à travers la photographie. Ce sont presque 200 bénévoles, répartis dans toute la France, qui ont aidé près de 800 familles et signés 25 conventions avec des établissements hospitaliers en France et en l’espace de 4 ans.


Souvenange intervient sur 2 types de missions :

  • La retouche : Les familles endeuillées peuvent contacter l’association et leur envoyer les photos existantes de leur bébé.
  • La prise de vue : les photographes sont appelés par les maternités ou les parents pour réaliser les photographies des bébés.

Les bénévoles sont photographes pour la plupart mais Souvenange compte aussi des psychologues et du personnel médical dans ses rangs. Les membres sont formés à la retouche et prise de vue, la déontologie, la législation, la psychologie …

Je sais que beaucoup se demandent comment des photos peuvent aider les familles. Je sais aussi que d’autres se disent qu’il est déplacé de photographier un bébé décédé.

Comme le dit la présidente de l’association, Hélène Delarbre : « nous ne photographions pas la mort, nous photographions l’amour ».

Ces bébés :
Ont étés désirés
Sont aimés.
Portent un prénom.
Sont inscrits dans un livret de famille.
Ont ou auront peut-être des frères et sœurs.

Ces petits anges ont eu une existence, si brève soit-elle.

Par tabou, pudeur, ou maladresse, l’entourage des parents endeuillés ne parle jamais ou très peu de ce bébé qu’ils n’a pas connu. Pourtant, les parents l’ont senti, vu, touché. Il était bien là.

Quoi de mieux qu’une photo pour prouver son existence, son apparence, sa ressemblance ? Que présenter aux frères et sœurs existants ou à venir ? Comment se rappeler de ces détails dans X années alors que l’on a vu ce petit être pendant quelques heures tout au mieux ?

Ces parents ne disposent que d’une ou deux photographies réalisées par le personnel de l’établissement hospitalier. Ce sont les photographies qui accompagnent le dossier médical. Elles sont bien souvent non présentables, en l’état, à l’entourage. En plus de ne pas pouvoir parler de cet enfant à cause des tabous, ils sont dans l’incapacité de le montrer.

Souvenange retouche des photographies déjà existantes. Ces retouches plus ou moins lourdes sont soumises à un cahier des charges déontologique et strict. Les parents reçoivent des photos douces a regarder.

Les parents ou personnel médical (après accord des parents) peuvent contacter l’association pour intervenir sur une prise de vue. Les photographes interviennent alors sur place et capturent les moindres détails des bébés. Ce seront les seules et uniques photographies que les familles garderont d’eux. Ce seront des photos d’amour.


Mon cœur, mes tripes, ma raison

Je suis photographe professionnelle. Dans l’immense majorité des cas, mes clients me contactent pour se souvenir d’un moment heureux. Il y a ceux qui se marient, ceux qui vont devenir parents, ceux qui viennent de l’être, ceux qui soufflent une nouvelle bougie, ceux qui n’ont rien à fêter mais qui sont juste bien ensembles. Oui, mon métier c’est de photographier les gens heureux, dans des moments particuliers de leur vie, immortaliser leur existence et leurs sentiments.

J’ai découvert Souvenange en 2015, par le biais d'une collègue photographe, j’ai immédiatement été touchée par leurs actions. Mais je n’ai pas rejoint leurs rangs tout de suite. J’avais peur de ne pas pouvoir encaisser le malheur des familles, d’affronter les images à retoucher et de transposer ces situations sur ma petite famille. Je n’ai rien fait.

Puis lors de ma grossesse en 2017, tout est remonté. Et si ça m'arrivait, qu'est ce que je souhaiterais ? Des photos douces pour me souvenir ? Oui, bien évidement. Pendant tout le long de ma grossesse, j’ai beaucoup repensé à l’association et à son action. Qu’est ce qui me retient ? Suis-je plus sensible que les bénévoles ? Est ce que je suis plus empathique ? Évidement que non. Les bénévoles sont tous sensibles. C’est justement parce qu’ils le sont qu’ils arrivent à mesurer l’importance de leur mission. J’admire l’association et ces photographes de plus je possède les compétences techniques pour aider les familles.
Mes tripes m’ont dit « fonce, tu attends quoi ? ». C'est à ce moment là que j'ai décidé qu'un jour je ferai partie de l'association.

Le jour où mon fils à eu 18 mois, j'ai pris la décision de postuler à Souvenange et ai été acceptée. Je vais bientôt recevoir une formation d’une 10ène d’heures. Ce sera après et seulement après cette formation que je pourrai, à mon tour, aider. Je ne changerai rien à la situation des familles. J’espère juste que cette humble contribution saura accompagner les familles dans leur deuil et leur donner ne serait-ce qu’un sourire, plus tard, bien plus tard, quand ils admireront les photos de leur petit ange.

Pour l'instant je m'occupe de la retouche de photos et je fais de mon mieux pour offrir aux familles endeuillées un peu de réconfort


Des familles ont besoin de l'aide de tous

Souvenange ne demande AUCUNE participation financière aux familles qu’elle accompagne. Cependant, son fonctionnement a un coût. Si vous souhaitez faire un don, 60% sont déductibles des impôts puisque l’association est reconnue d’utilité publique.

Souvenange a besoin de photographes bénévoles dans toute la France. Si vous souhaitez apporter votre aide ou si vous vous interrogez sur une possible action avec l’association, n’hésitez pas à les contacter. Rien n’est imposé aux bénévoles. Vous aidez comme vous pouvez, quand vous pouvez.

Souvenange a besoin de visibilité pour se faire connaitre auprès des familles touchées par le deuil périnatal. Les établissements hospitaliers qui sont conventionnés proposent les services de l’association aux familles concernées. Il y a malgré tout beaucoup de familles qui auraient souhaitées des photographies de leur bébé et qui n’ont pas pu par manque d’information. S’il vous plait, parlez-en autour de vous !

Si vous avez des questions à propos de l’association, de ses actions, des bénévoles, … venez m’en parler. Je ferai mon possible pour vous éclairer ou vous rediriger vers un membre plus aguerrit.

 

(Mots extraits de l'article de Claire Tedesco et actualisés)